Entretien avec Jacques le Houezec: Les clés de la formation dans la vape

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Une interview Cloud Vapor avec Jacques le Houezec.

Jacques le Houezec formation

Depuis plus de 3 ans, Jacques le Houezec écume la France pour offrir aux professionnels de la vape et aux professionnels de santé une formation complète: Amzer GlasIl enseigne et étudie la pharmacologie de la nicotine depuis plus de 30 ans. Dans de grandes universités françaises ou dans les meilleurs laboratoires californiens, dans les petites boutiques locales de la vape, dans les salons internationaux… Ses terrains de recherche et ses élèves sont nombreux, à la hauteur de sa passion et de ses connaissances.

Alors que le milieu de la vape continue de se développer, nous avons voulu en savoir plus sur ces formations qui pourraient bien représenter une révolution dans la professionnalisation et la reconnaissance du milieu.

En savoir plus sur le parcours de Jacques le Houezec?

Une formation pour alerter et informer…

“L’éternel problème c’est la diabolisation de la nicotine.”

CV: Comment vous est venue l’idée de ce programme de formation destiné aux professionnels et aux amateurs de la vape?

JLH: Ma formation est en effet principalement destinée aux professionnels de la vape, mais aussi aux professionnels de santé, aux journalistes, aux personnes de l’éducation nationales…  

L’éternel problème, selon moi, c’est la diabolisation de la nicotine qui s’exerce depuis plus de 30 ans dans toutes les campagnes anti-tabac. Au lieu de se centrer sur le problème du tabagisme, qui est la combustion, on focalise sur la nicotine car on en a peur. J’aime souvent dire aux fumeurs que s’ils fumaient de la salade séchée ils auraient exactement les même toxiques dans la fumée : goudron, particules fines, monoxyde de carbone…

Toutes ces connaissances me paraissent absolument indispensables pour faire un travail correct en boutique de vape. Il faut une bonne connaissance du fumeur et savoir ce qu’est la dépendance. Il ne faut pas se baser uniquement sur la propre expérience comme dans tous les domaines et sur ce point, je rejoins votre article les vendeurs aiment trop les donuts. Effectivement, je répète inlassablement à la profession: “N’oubliez pas d’où vous venez. Vous n’avez pas commencé par faire de gros nuages, avec du matériel inadapté à du primo-accédant.

“ L’idée est de donner aux professionnels de la vape des connaissances de base en tabacologie sans en faire des professionnels de santé. Cependant les boutiques de vape sont des acteurs de santé. Car le but premier de la vape est d’aider les gens à arrêter de fumer.”

Une formation certifiée et reconnue? 

CV: À terme vous visez donc une certification; Est-ce qu’une “école de la vape” vous semble réaliste?

JLH: Je sais que la Fivape travaille déjà sur quelque chose. De mon côté  je pense qu’il est très important de travailler sur quelque chose d’indépendant de la Fivape.

L’importance de cette formation c’est la nouveauté du métier et le fait qu’il n’y a pas de formation existante. La majorité des boutiques de vape ont été ouvertes par des gens qui ont arrêté de fumer grâce à ça et ont été surpris de l’efficacité du procédé. Les fumeurs viennent de tous les milieux: ils ont des formations différentes, des parcours professionnels différents… Et il n’y a aucune formation de base pour ça! L’idée c’est d’offrir à la fois des connaissances que n’ont pas ces professionnels, et si possible une sorte de qualification qu’ils pourront utiliser par la suite dans leur parcours professionnel. J’ai un numéro de formateur, je suis inscrit au datadock reconnu par les organismes de formation professionnelle, ce qui me permet de délivrer des attestations. Par ailleurs, cette formation s’adresse aussi aux professionnels de santé. Pour eux la partie intéressante est plutôt : qu’est-ce que la vape, comment ça fonctionne, qu’est-ce que ça apporte…

“Il faut juste se rappeler que la vape est un nouveau métier et que tout est à construire en terme de formation.”

Une formation complète en une journée 

CV: Comment se déroule une journée type de formation?

JLH: On commence bien-sûr par une présentation de chacun des participants (ndlr: une douzaine environ). 

On enchaîne par un questionnaire pour évaluer les connaissances: sur la nicotine, la vape la législation… Les  informations nécessaires pour aider correctement les fumeurs. La matinée se déroule principalement autour de la nicotine: qu’est-ce que c’est, comment ça fonctionne, jusqu’à ses effets précis sur le cerveau. Cela permet ainsi de mieux comprendre la dépendance au tabac et de bien cerner le fumeur. Je leur apprends à caractériser la personne qu’ils ont en face d’eux en insistant sur le fait que chaque fumeur est différent. Il y a des types de fumeurs selon ce qu’ils fument mais il n’y a pas de catégorie selon le mode de consommation.

L’après-midi est orienté sur le partage d’expérience pour savoir comment aborder un fumeur en boutique avec  des recommandations spécifiques : système à tirage serré avec de forts taux de nicotine, proposer une association à des substituts comme les patchs pour compenser le manque de nicotine…

“La limite de nicotine à 18 mg n’est pas suffisante pour 25 à 30% des fumeurs.”

Share.

About Author

Je suis Marketing Success Manager à Cloud Vapor. Je suis passionnée par la relation client et la vieille sur les dernières tendances et actualités de la vape.

Leave A Reply